Skip to main content
Goutte d'eau

L’eau, à consommer avec modération

Nous ne sommes qu’au printemps, et pourtant, plusieurs départements français sont déjà en alerte sécheresse… Dans son “plan eau” annoncé au barrage de Serre-Ponçon, le président Macron appelle tous les secteurs économiques et les particuliers à la sobriété. Chez Octopus, nous avons l’habitude de vous parler de sobriété énergétique. Mais aujourd’hui, on s’intéresse aux économies d’eau… et vous allez voir que consommer moins d’eau permet aussi d’économiser de l’énergie, et vice versa !

L’eau douce en France

Chaque année, en France métropolitaine, il tombe plus de 500 milliards de mètres cubes d’eau de pluie. Une grosse partie (environ 60%) retourne dans l’atmosphère rapidement par évaporation. Un quart (25%) s’infiltre dans le sol pour alimenter les nappes et les rivières souterraines. Le reste (15%) court dans les lacs et rivières, avant de finir dans les océans.


De ces milieux naturels sont prélevés 32 milliards de m3 pour différents usages domestiques (eau potable) et économiques (agriculture, industrie, loisirs, refroidissement des centrales électriques). Comme le montre le schéma ci-dessous, plus de la moitié de l’eau prélevée sert à refroidir les centrales électriques et notamment nucléaires. Et 17% de cette eau prélevée est destinée à la production d’eau potable pour nos usages domestiques. Le reste est destiné aux canaux, à l’agriculture et à l’industrie.

schéma consommation eau

Quand on regarde la consommation, c'est-à-dire l’eau prélevée moins l’eau restituée dans les milieux aquatiques, on note l’impact considérable de l’irrigation agricole (près de la moitié), de l’énergie (encore près d’un quart) mais aussi des usages domestiques de l’eau potable (un quart). On estime que chaque Français utilise en moyenne 149 litres d’eau potable par jour, soit une consommation domestique de 54,3 m3 (54 300 litres !) par habitant et par an.

Ainsi, pour notre consommation d’eau potable au quotidien, mais aussi indirectement pour notre consommation d’électricité et notre alimentation, nous dépendons de cette précieuse ressource qu’est l’eau.

Alerte sécheresse

Les périodes de sécheresse peuvent résulter d’un manque de pluie (sécheresse météorologique), mais aussi de la capacité de nos sols à retenir l’eau et surtout d’une utilisation trop intensive ou inadaptée de l’eau disponible. En France métropolitaine, l’impact de l’utilisation de l’eau est plus important en période estivale, pendant laquelle 60 % des consommations en eau ont lieu, alors que seulement 15 % du volume annuel d’eau douce s’écoule sur le territoire.

champ de maïs

La culture du maïs en France est très gourmande en eau, notamment l’été, au moment où la ressource vient à manquer. © Jesse Gardner Unsplash

Pour prévenir les conflits d’usage dus au manque d’eau sur certains territoires, tout en préservant la ressource et les milieux aquatiques, l’État, les agences de l’eau et les acteurs locaux mettent en place des actions pour ajuster les prélèvements en eau à la ressource réellement disponible.


Ainsi, à la fin du mois de mai 2023, 24 départements français étaient déjà en vigilance et 22 autres en état d’alerte avec des restrictions strictes d’usage de l’eau décidées par les préfets : interdiction de laver sa voiture, de remplir sa piscine, d’arroser les espaces verts publics et privés, d’arroser les golfs, jardins potagers et stades à certains horaires, de laver la voirie, etc. mais aussi baisse des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation, et l’activation des plans d’économie d’eau pour les industriels.

piscine vide

La France est la championne européenne de la pistoche, avec plus de 3,2 millions de piscines individuelles et un marché en pleine croissance... © Erfan rahmani Unsplash

Ces contraintes en période de crise sont nécessaires, mais il nous faut penser plus long terme et adapter nos comportements pour éviter autant que possible ces périodes de tension sur la ressource en eau. Et pour cela, annoncer de grands plans ou organiser des processions religieuses pour invoquer le retour des précipitations ne vont pas suffire. Il faut agir maintenant et diminuer notre consommation d’eau et d’énergie !

Sobriété en eau et économies d’énergies

Nous l’avons vu, l'eau et l'énergie sont des ressources précieuses et interdépendantes, que nous consommons en trop grande quantité. En adoptant des pratiques économes en eau, nous pouvons non seulement contribuer à lutter contre la sécheresse, mais aussi réduire notre consommation d'énergie et minimiser notre impact sur l'environnement.


Regardons plus en détail la répartition de notre utilisation de l’eau potable à la maison. On note que 93 % de cette eau est dédiée à l’hygiène et au nettoyage et 7% seulement à l’alimentation !

schéma utilisation eau

Trop propres ? Répartition des différentes utilisations domestiques de l’eau. © Le centre d’information sur l’eau

Ainsi, en adoptant les bons gestes au quotidien, nous pouvons agir pour économiser de l’eau, de l’énergie et finalement des euros chez soi : 

💧  Partir à la chasse aux fuites : elles peuvent coûter cher ! Un robinet qui goutte = 50€/an, une petite fuite de chasse d’eau = 100€/an, un chauffe- eau qui fuit = plus de 800€ !

🌡️ Régler la température du chauffe-eau entre 50 et 55°C (ça suffit largement) et entretenir son chauffe-eau régulièrement, car un ballon d’eau chaude entartré = 20 à 30% de consommation d’énergie supplémentaire. 

🌙 Utiliser le lave-linge et le lave-vaisselle aux heures creuses, et à la température la plus basse possible : 80% de l’énergie consommée par un lave-linge ou un lave-vaisselle sert au chauffage de l’eau !

🚿 Prendre une douche plutôt qu’un bain, et réduire son temps de douche : 2 minutes en moins sous la douche chaque jour = 70 € d’économies annuelles. Et on coupe l’eau en se savonnant ! 

🚰 Equiper ses robinets de mousseurs pour consommer moins d’eau et les laisser en position « froid » pour éviter de tirer de l’eau chaude inutilement.

🌧️ Récupérer l’eau de pluie pour arroser ses plantes et laver sa terrasse ou son vélo.

Mathilde

Publié le 08 juin 2023

Retour au blog