Skip to main content
drapeau USA

Aux États-Unis, la montée en puissance des énergies renouvelables

Ça y est, le président climato-sceptique Donald Trump a laissé les clés de la Maison Blanche au climato-plus-réaliste Joe Biden, qui s’est engagé à réintégrer les États-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat dès son investiture et à atteindre la neutralité carbone du pays d’ici 2050. Mais figurez-vous que, malgré les tentatives de l’administration Trump de donner une seconde jeunesse à l’industrie du charbon, les énergies renouvelables sont déjà en passe de supplanter cette sombre énergie fossile dans la production d’électricité des États-Unis ! Regardons de plus près le paysage énergétique du deuxième pays le plus émetteur de CO2 au monde.

Le 2e consommateur d’énergie au monde

Les États-Unis sont le deuxième pays en termes de consommation d’énergie au monde, avec 16,2% du total mondial en 2019, juste derrière la Chine et ses 24,3%. Mais si on rapporte cela au nombre d’habitants de ces pays, la consommation moyenne d’un Américain est trois fois plus élevée que celle d’un Chinois !

Triste record, mais regardons les choses du bon côté, en considérant que la croissance annuelle de cette consommation reste relativement modérée depuis les années 2010, par rapport à la croissance du PIB de la première puissance économique mondiale. Selon l’Energy Outlook 2020 de l’EIA (Agence de l’Information sur l’Énergie américaine) la consommation d’énergie des États-Unis pourrait en moyenne augmenter de seulement 0,3% par an d’ici à 2050, grâce à d’importantes améliorations de l’efficacité énergétique dans tous les secteurs.

Quatre secteurs sont particulièrement clés dans la grande transition écologique des États-Unis : les transports très carbonés, le bâtiment et notamment l’isolation et le chauffage/climatisation énergivores, l’extraction du gaz naturel fossile et les fuites de méthane qu’elle génère, et la production d’électricité encore très grise. Les prévisions concernant la croissance de la demande américaine d’électricité sont d’environ 1% par an entre aujourd’hui et 2050. Le défi est surtout d’augmenter significativement la part des énergies renouvelables dans ce secteur. Challenge accepted!

.

Un mix énergétique encore très carboné

Selon le BP Statistical Review of World Energy, en 2019 les énergies fossiles représentent encore 91,5% de la consommation d’énergie primaire des États-Unis (contre 84% en moyenne au niveau mondial). Les émissions de gaz à effet de serre liées à cette consommation d’énergie sont évaluées à 5 milliards de tonnes de CO2 en 2019, soit près de 15% du total mondial (contre 28,8% pour la Chine au mix énergétique encore plus carboné).

Historiquement, le pétrole est la première source d’énergie des États-Unis. Mais selon, l’EIA, début 2020, avec son prix particulièrement bas et le développe de la fracturation hydraulique pour extraire le gaz de schiste, le gaz naturel est passé devant.

Ce gaz naturel a également pris le pas sur le charbon, industrie pourtant soutenue par le Président Trump, dans la production d’électricité. La consommation de charbon a chuté de plus de 20% depuis 2016. Pour laisser place au gaz naturel (qui est aussi une énergie fossile !), mais surtout aux énergies renouvelables dans le secteur de l’électricité. Si bien que, selon les chiffres du premier semestre 2020, ces dernières ont dépassé le charbon dans le mix de consommation d’énergie primaire des États-Unis, une grande nouvelle pour la planète et pour nos poumons !

.

Le premier producteur mondial d’énergies fossiles…

Avec une stratégie au long court marquée par la domination énergétique, les États-Unis sont de grands producteurs d’énergie, et en particulier d’énergie fossile… Ils sont les premiers producteurs de pétrole : 18% de la production mondiale en 2019 en incluant les différents hydrocarbures liquides – devant la Russie et l’Arabie Saoudite – et de gaz naturel : 23% du total mondial cette même année, notamment grâce aux gaz de schiste, dont ils sont exportateurs net depuis 2017, vers l’Europe notamment. Selon les projections de l’EIA, la production de gaz naturel des États-Unis augmentera de 1 % par an jusqu’en 2050

Mais les États-Unis ont toujours plus d’un tour dans leur sac. S’ils investissent encore beaucoup dans les énergies fossiles pour couvrir leur consommation locale et exporter, ils sont également pionniers dans la production d’énergies renouvelables. Pendant que Donald Trump tenait un discours climato-sceptique et poussait les investissements dans le charbon, les ingénieurs, les institutions et les entreprises américaines ont construit les bases d’un système énergétique fiable, durable et abordable.

Une fois de plus, les États-Unis se positionnent comme leader technologique dans les énergies renouvelables, pour produire rapidement et à moindre coût, et surtout les intégrer de façon fluide et pérenne dans le réseau électrique existant. Selon l’EIA encore, la part des énergies renouvelables dans la production américaine d’électricité pourrait doubler par rapport à 2019 et atteindre 38% à l’horizon 2050.

Gaz de schiste

.

… et d’énergies renouvelables ?

🌬 L’éolien est la première filière renouvelable aujourd’hui aux États-Unis, avec plus de 9% du mix électrique du pays, part qui atteint jusqu’à 20% de ce mix dans certains États américains, comme le Texas par exemple.

💦 L’énergie hydroélectrique arrive juste après avec près de 7% de l’électricité totale du pays en 2018. Les États-Unis sont le quatrième producteur d’hydroélectricité au monde, après la Chine, le Canada et le Brésil. Le barrage de Grand Coulee est la 7ème plus grande centrale hydroélectrique au monde et six autres centrales hydroélectriques américaines sont parmi les 50 plus grandes au monde.

☀️ Le photovoltaïque présente le plus fort potentiel de croissance pour les filières renouvelables, d’autant plus que le coût des installations solaires a été considérablement réduit ces dernières années, et cette source d’énergie pourrait représenter près de la moitié du mix renouvelable à l’horizon 2050. Les États-Unis sont déjà parmi les plus grands producteurs mondiaux d’énergie solaire grâce à d’immenses fermes solaires dans les régions désertiques.

🌍 L’énergie géothermique ne représente qu’une part plus réduite du mix électrique du pays, mais les États-Unis restent le leader mondial de la production d’électricité à partir de l’énergie géothermique, et les projets se multiplient dans différents États.

🌿 La biomasse et l’énergie marémotrice sont deux autres secteurs que la recherche américaine épaulée par des acteurs privés étudie et développe pour compléter et diversifier le mix des énergies renouvelables des États-Unis. La plupart des recherches visent à améliorer l’efficacité et à augmenter les rendements énergétiques globaux.

.

Ferme solaire

.

Retour vers le futur climatique

Le Président américain Joe Biden a un plan d’investissements massifs dans les énergies renouvelables, qui pourrait faire revenir les États-Unis au cœur de la gestion internationale des questions climatiques. Un des objectifs de son plan est de parvenir à la neutralité carbone du secteur électrique d’ici 2035. Il a choisi l’ancien secrétaire d’État John Kerry, le signataire Américain des Accords de Paris en 2015, pour s’occuper des sujets climatiques de son gouvernement. Certains pourtant reprochent déjà à Joe Biden de ne pas se positionner plus clairement contre la fracturation hydraulique, opération nécessaire à l’extraction du gaz de schiste, première source d’énergie du pays, comme nous l’avons vu.

Pour résumer, aux États-Unis, le charbon perd du terrain au profit du gaz naturel pour la production d’énergie et notamment d’électricité. La première puissance mondiale mise également sur les énergies renouvelables, pour lesquelles elle développe des technologies pionnières. L’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden annonce un retour des États-Unis sur le devant de la scène climatique, une bonne nouvelle venant de ce pays très gourmand en énergie.

Benjamin

concepteur-rédacteur

Publié le 23 février 2021

Retour au blog