Skip to main content

L’éolien en France : état des lieux et avenir du secteur

L’éolien a le vent en poupe. Depuis plusieurs années, la capacité cumulée du parc éolien connaît une croissance à deux chiffres. Selon le Rapport Ren21 (2018), le monde aurait déjà investi plus de 3000 milliards de dollars dans les énergies renouvelables… Bref, c’est une lame de fond ! Mais il faut dire que l’on partait de loin. Aujourd’hui encore, les énergies renouvelables ne représentent que 25 % du mix énergétique mondial. Parmi les énergies renouvelables, les éoliennes comptent pour une petite part : elles produisent seulement 4 % de l’énergie mondiale ! Mais qu’en est-il de l’éolien en France ?  Comment se positionne notre pays ? Incarne-t-il le phare de la raison, menant tous les peuples du monde avec elle dans le combat face au péril climatique ? En fait… Non, pas vraiment. La France est tout juste moyenne, et c’est ce que nous allons voir.

État des lieux

Le parc éolien français est seulement le quatrième d’Europe. Avec une puissance 13,6 GW en 2021, elle se positionne loin derrière l’Espagne (52 GW), l’Italie (61 GW) et surtout loin derrière l’Allemagne (108 GW).

Mais au fait, tous ces GW, ça représente combien d’éoliennes concrètement ?

Le nombre d’éoliennes en France

En 2021, la France comptait 8000 éoliennes sur son territoire, produisant (sur toute une année) l’équivalent de 34 000 gigawattheures.

La répartition de ces éoliennes n’est pas homogène puisqu’on les trouve surtout dans le Nord et la Picardie, mais aussi dans le Languedoc-Roussillon – trois régions très venteuses.

Pour autant, le potentiel à exploiter est énorme. Des régions très venteuses, comme la Provence ou la Bretagne, possèdent encore très peu d’éoliennes.

De même, le parc éolien offshore (en mer) n’a pas encore été exploité.

La France a donc de la marge. Techniquement, son potentiel éolien serait de 80 GW, auquel il faut ajouter 140 GW pour l’éolien flottant.

L’éolien dans le mix énergétique

En fait, la France fait à peine mieux que l’ensemble du monde.

En 2021, les énergies renouvelables comptent pour 17% de son mix énergétique. Parmi ces 17%, l’hydraulique tient la part belle. Les éoliennes, elles, ne produisent que 4,5% de l’électricité nationale.

Pour  autant, les choses changent, car la France s’est engagée à porter les énergies renouvelables à 40% de son mix énergétique d’ici 2030.

Eolienne au milieu de la campagne

L’éolienne serait-elle le nouveau “moulin de nos campagnes” ?

L’énergie éolienne en France : le début d’une longue histoire ?

Pour des raisons historiques et géographiques, les éoliennes peinent encore à s’imposer dans le paysage français. Mais tout laisse penser que les choses changent…

Les origines de l’éolien en France

La France fut longtemps une société rurale sachant très bien exploiter la force du vent : il existerait plus de 18 000 moulins sur son territoire !

Au XIXe siècle, l’éolienne est inventée aux États-Unis, puis perfectionnée aux Pays-Bas par Poul La Cour. Pourtant, ces progrès sont vites oubliés quand les énergies fossiles (et la machine vapeur) deviennent la norme. Il faudra attendre les années 1970, et deux chocs pétroliers, pour que les énergies renouvelables (et les éoliennes) reviennent en grâce. C’est alors que le Danemark et les États-Unis construisent les premiers parcs éoliens et perfectionnent la technologie. Pourtant, à ce moment, la France “loupe le coche” et fait le choix du tout nucléaire. Le pays prend du retard… Les premiers achats d’éoliennes se font dans les années 1990, et c’est en 1996 que le gouvernement (sous la présidence de Jacques Chirac) lance un premier programme d’appel d’offre baptisé Eole 2005. À l’issue de ce programme, EDF sélectionne 20 projets de centrales éoliennes. C’est le coup d’envoi pour une nouvelle ère !

L’avenir du parc éolien en France

Pour atteindre ses objectifs, la France investit désormais beaucoup dans les énergies renouvelables, en particulier dans le solaire et l’éolien.

Ainsi, la production d'électricité par des éoliennes ne cesse de croitre chaque année.

Il faut dire que le marché semble porteur, car des sauts technologiques importants sont constatés. Les rendements des éoliennes s’améliorent, et même, explosent. Par exemple, l’année dernière, l’usine General Electrics de Saint-Nazaire a fabriqué l’éolienne la plus puissante du monde, baptisée Haliade X : fournissant 67 gigawatts-heure par an, elle est capable d’alimenter à elle seule… 16 000 foyers !

Par ailleurs, entre 2022 et 2027, pas moins de sept parcs éoliens offshore doivent être posés au large des côtes françaises. Bref. La tendance n’est pas prête de s’inverser : l’éolienne devrait bientôt quitter la “marginalité” qui fut trop longtemps la sienne…

Eoliennes offshore

L’éolienne offshore a de l’avenir : elle ne pollue pas le paysage et bénéficie de vents plus forts et plus réguliers.

Vous aimeriez en savoir plus sur l’énergie éolienne ? Pour mieux connaître cette technologie, son histoire, son avenir, et ses statistiques à l’échelle du monde, vous pouvez consulter notre article dédié : Énergie éolienne, énergie d’avenir ?

Benjamin

concepteur-rédacteur

Publié le 04 décembre 2020

Retour au blog